L’hydrofugation permet de donner un coup de jeune esthétiquement à votre toiture.

Mais, cela est beaucoup plus utile d’un point de vue technique.

Avec le temps (pollution, U.V., humidité,…) la tuile devient poreuse et une « végétation » peut pousser: se sont les algues, mousses et lichens.
Suite à cette porosité, la tuile devient fragile. Elle absorbe l’eau (humidité) qui laisse apparaître du salpêtre, qui est visible en retournant la tuile sous forme de « tâches » blanchâtres.

Elle devient alors cassable lors d’intempérie (grêle par exemple).
L’eau stagne dans les micro-fissures de la tuile, et l’hiver les gouttes d’eau vont gelées, « élargir » ces fissures et rendre le matériaux encore plus fragile.

[trx_image url= »391″ width= »50% »]

Explications techniques:
La mousse: Elle peut vivre à l’état déshydraté, les racines s’implantent alors sur la surface poreuse.
Le lichen: Qui vient du grec « plante parasite », il se nourrit des eaux de pluie et a la possibilité de dissoudre le support sur lequel il se trouve en libérant des acides organiques. Il survit à des températures allant de +70°c à -70°c !

Mais il ne faut pas attendre car si la tuile est trop fragile ou trop abimée il faut alors changer celle-ci.

L’hydrofugation se passent en quatres étapes:
Le décapant:
Il s’agit de pulvériser sur l’ensemble de la toiture une solution basique qui va agir en un temps très court (15min dilué avec de l’eau)
Son rôle est de neutraliser et déraciner les divers végétaux présents.

Le nettoyage:
Il faut ensuite passer un nettoyeur haute pression, muni d’une rotabuse afin de ne pas fragiliser le support.
Il s’agit de l’étape la plus importante car il ne doit rester AUCUNE trace des végétaux.

La protection:
Suivant la composition des tuiles, il faut ensuite passer un fongicide, algicide bactéricide.
Cette étape à pour but de retarder le retour des végétaux.

L’imperméabilisation:
Suivant la composition des tuiles, il faut ensuite passer, en couche croisée, l’hydrofuge (coloré ou incolore).
Ce produit en phase aqueuse, différent des peintures, est non filmogène, et pénètre dans le support. Il va imperméabiliser et reminéraliser la tuile.
Cette action se traduit par un effet perlant de l’eau.